Le 15 octobre prochain, Diabète Saguenay reçoit monsieur André Bégin-Drolet, professeur au bureau de design du département de génie mécanique de l’Université Laval et madame Corrine Hoesli professeur au département de chimie de l’Université Mc Gill à Montréal pour la conférence sur la Conception d’un pancréas bio artificiel grâce à l’impression 3D. Réservez votre place! 418 549-8136


Ingénierie et diabète : conception d’un pancréas bioartificiel grâce à l’impression 3D
André Bégin-Drolet, Département de génie mécanique, Université Laval
Corinne Hoesli, Département de génie chimique, Université McGill

Les injections d’insuline demeurent la thérapie la plus courante pour traiter le diabète de type 1. Toutefois, certains risques et complications demeurent associés à cette approche. Ce traitement est contraignant et il demeure difficile de contrôler les taux de glucose sanguin en évitant les fluctuations. Celles-ci peuvent d’ailleurs mener à des risques d’hypoglycémie et à des complications sévères à long terme. Certains patients qui contrôlent difficilement leur glucose sanguin sont éligibles pour recevoir des transplantations d’îlots. Cette intervention, développée à Edmonton et effectuée au Québec pour la première fois en 2014, permet à plus de la moitié des patients de vivre sans injections d’insuline pendant au moins un an. Toutefois, les patients doivent recevoir des médicaments immunosuppresseurs pour éviter le rejet des îlots, ce qui constitue une contrainte majeure au traitement. Afin d’éviter le recours à l’immunosuppression, les îlots pourraient être placés dans un dispositif qui les protègerait des attaques du système immunitaire, par exemple en utilisant l’encapsulation. Le développement d’un tel dispositif représenterait une véritable révolution dans le monde du diabète et c’est ce que tente de réaliser une équipe de chercheurs en provenance de l’Université McGill et de l’Université Laval. Un des défis importants de ce projet d’ingénierie cellulaire consiste à développer une stratégie pour oxygéner adéquatement les cellules encapsulées. Une des solutions à cette problématique consiste à s’inspirer de la nature et de fournir l’oxygène aux cellules grâce à des canaux vasculaires artificiels positionnés stratégiquement dans le dispositif. L’approche préconisée consiste à utiliser l’impression 3D de sucre vitrifié pour la création d’une structure temporaire autour de laquelle seraient disposés les ilots maintenus en place par un hydrogel. Des canaux vasculaires seraient par la suite formés lors de la dissolution du matériel. Paradoxalement, le sucre apparait ici comme la clé de voute qui pourrait mener à un traitement à long terme du diabète de type 1.